Allergies : pas égaux face à la nature

Nous adorons voir revenir la belle saison, les fleurs bourgeonnent, les oiseaux chantent, le soleil reprend son territoire : Le printemps est là. Mais pour certains, ce changement de saison est synonyme de cauchemar : les yeux larmoient, la gorge s’irrite, le nez coule sans cesse : Le rhume des foins est là. Quels sont les symptômes de ce passage à vide printanier ? Comment y remédier ?

La rhinite saisonnière, communément appelée rhume des foins est une allergie saisonnière qui apparait le plus fréquemment entre les mois d’Avril et Août. Dans 80% des cas, l’allergie est due à la présence accrue de pollen dans l’air.

L’importance du rhume des foins dépend donc de la présence de pollen allergène dans l’air mais aussi de la gravité de sensibilisation de l’individu. D’après le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA), entre 10 et 20 % de la population française serait allergique au pollen. Ce chiffre important en fait un véritable problème de santé publique.

Les symptômes qui accompagnent le rhume des foins ont tendance à apparaitre en même temps, mais pour une période limitée. Si l’allergie dure sur le long terme, il s’agit d’une allergie pérenne et elle surement due à d’autres facteurs allergènes.  Éternuements constants, liquide clair qui coule abondamment du nez, démangeaison de la gorge et du nez, sensations de nez bouché, yeux qui piquent et qui pleurent, maux de tête, fatigue passagère, autant de symptômes qui font de la rhinite une véritable pathologie, souvent pas assez prise au sérieux par l’entourage de la personne concernée.  Les symptômes sont proportionnels à l’environnement : Plus il y a de pollen dans l’air, plus les symptômes seront importants.

Pas égaux face à la nature :

Plusieurs facteurs de risques rendent certains individus plus fragiles au rhume des foins :

  • Les individus vivants dans les pays occidentaux (la chasse aux microbes dans les pays industrialisés rend nos systèmes immunitaires plus fragiles).
  • Les hommes.
  • Les personnes dont un des parents souffre ou ont souffert d’allergie (rhinite, allergies alimentaires, eczéma etc…).
  • Les enfants et bébés ayant souffert d’allergie alimentaires

 

Quelles sont les bonnes pratiques contre le rhume des foins ?

Pendant la période du rhume de foins, préférez sortir lorsque l’air est le moins saturé en pollen :

  • Sortir pendant ou après une averse est préférable car la concentration en pollen dans l’air est plus basse.
  • Nettoyez votre maison très régulièrement avec un soin particulier pour la moquette ou les tapis.
  • Aérez au moins 10 min par jour votre habitat afin d’éviter un confinement.
  • Sortez avec des lunettes de soleil pour éviter les conjonctivites.
  • Lavez-vous souvent les cheveux, ils ont tendance à absorber le pollen.
  • Munissez votre habitation d’un filtre à air (HEPA), changez le filtre très régulièrement.
  • Installez un filtre à pollen dans votre voiture.

 

Attention ! Si les symptômes persistent, que les écoulements nasals se colorent ou que vous avez une difficulté à respirer, consultez immédiatement un professionnel de santé. 

 

Quel traitement existe-t-il ?

De nombreux médicaments existent, à base de cétirizine, la molécule composant des antihistaminiques. Ces médicaments ne sont pas des traitements de fond, ils traitent des symptômes.

Des alternatives naturelles existent également : Vitamine C, vitamine B5, acides-gras oméga 3. L’huile essentielle d’estragon est excellente en prévention. Utilisez-en dès le retour de la belle saison.

Le traitement par photothérapie, avec une technologie en bi-faisceaux, utilise deux lumières rouges et froides pour la prévention et le traitement des réactions allergiques. Ce traitement est non médicamenteux, sans effets indésirables ni effets secondaires.

Découvrez Alergo, une alternative naturelle à la rhinite allergique.